Intercommunale de développement économique et d'aménagement du coeur du Hainaut

Recherche

12.02.2019

Lancement d'une première phase majeure dans le projet de creusement de 2 puits géothermiques de plus de 2.000 m de profondeur à Mons


En vue de creuser prochainement deux puits de géothermie profonde à Mons et d’y raccorder un futur réseau de chauffage urbain au cœur de la Ville, IDEA et l’Université de Mons (UMONS) lanceront dès ce 14 février 2019 une grande campagne de prospection géophysique destinée à mieux connaître les caractéristiques du sous-sol du Cœur du Hainaut.

Concrètement, ce sont 14 communes qui seront sillonnées par des camions vibrateurs entre mi-février et fin mars, afin d’ausculter par des méthodes indirectes les différentes couches du sous-sol. Cette première étape est très importante dans la concrétisation de cet ambitieux projet de développement de la géothermie en Cœur du Hainaut, financé par la Wallonie et les Fonds européens de développement régional (FEDER). Ce nouveau doublet géothermique au cœur de Mons permettra d'alimenter notamment comme principal client l'hôpital Ambroise Paré.

Mise en place d’un réseau de chaleur alimenté par la géothermie au cœur de Mons

IDEA a acquis une solide expérience dans le domaine, raison pour laquelle le Gouvernement wallon a confié à l’Intercommunale une nouvelle mission de service public, financée dans le cadre des Fonds européens de développement régional (FEDER).

Cette mission consiste à mettre en place et à exploiter un réseau de chauffage urbain au sein de la Ville de Mons, destiné à alimenter prioritairement l’hôpital Ambroise Paré et éventuellement des bâtiments proches du lieu de forage.

La première étape consistera à creuser, au cours de l’année 2020, un doublet de puits de plus de 2.000 m de profondeur, avec un puits dédié au pompage de l’eau chaude au sein de la nappe profonde et un autre puits qui permettra de réinjecter l’eau dans le sous-sol, après son passage dans les échangeurs de chaleur.

La construction de la centrale géothermique à côté des deux puits sera la deuxième étape du projet. Cette centrale sera étudiée pour s’intégrer de façon harmonieuse au sein du parc communal.

Enfin, le réseau de chaleur sera développé afin d’alimenter, via la mise en place de conduites calorifugées, l’hôpital Ambroise Paré et les éventuels autres clients prêts à profiter de cette nouvelle source d’énergie locale, durable et pérenne.

Lancement d’une campagne d’essais géophysiques

Préalablement aux opérations de creusement des deux puits géothermiques, IDEA et UMONS lancent une grande campagne de prospection géophysique dont les investigations sur le terrain s’étaleront du 14 février à fin mars 2019.

En effet, la structure de cette nappe profonde reste encore méconnue. Des prospections doivent donc être réalisées afin de récolter de nouvelles informations. Dans ce cadre, afin de mieux connaître les caractéristiques géologiques du sous-sol, deux campagnes d’essais géophysiques (sismique et gravimétrie) sont prévues.

Lors des essais sismiques, des capteurs, appelés géophones, enregistrent les signaux émis par des camions vibrateurs. Une image des différentes couches du sous-sol est ensuite reconstruite sur base de l’analyse des échos enregistrés en surface.

Ces ondes sont générées par des émetteurs placés à bord de camions, dont le passage à vitesse très réduite est prévu sur le territoire de 14 communes au cours des prochaines semaines.

Ces camions vont donc parcourir nos routes sur le territoire de plusieurs communes, allant de Bernissart et Hensies à l’Ouest jusque celle de Mons à l’Est.

Afin de permettre le passage du convoi, des interdictions de stationner et/ou de circuler (en fonction de la largeur de la voirie) pourront être installées avant le passage des camions et des lignes de capteurs seront déployées le long des chemins et voiries.

Ces campagnes seront réalisées le long de cinq profils identifiés, totalisant un peu plus de 90 km de long ; sur chacun des profils, les opérations dureront environ une semaine.

« Par ses aspects renouvelable et durable, la géothermie présente un important potentiel énergétique, souligne le Ministre wallon Carlo DI ANTONIO. Le principal obstacle à son développement est la méconnaissance de notre sous-sol. La prospection qui débute à Mons est un moyen de soulever ces incertitudes ».

« La Wallonie possède un potentiel géothermique intéressant, particulièrement dans la zone Mons à Liège densément peuplée. Cette chaleur peut être directement valorisable et être utilisée pour le chauffage des bâtiments, des logements, etc. La géothermie a un avenir prometteur en Wallonie. L’objectif pour 2030 est d’ailleurs d’atteindre les 20 forages géothermiques. », précise le Ministre wallon Jean-Luc CRUCKE.

Les 14 communes concernées sont : Bernissart, Boussu, Colfontaine, Dour, Frameries, Hensies, Honnelles, Jurbise, Mons, Quaregnon, Quévy, Quiévrain, Saint-Ghislain et Soignies.

Les chiffres clés du projet de la Porte de Nimy à Mons

2 puits géothermiques de l’ordre de 2.500 m de profondeur, délivrant un débit escompté de 150 m³/heure avec une eau à une température de l’ordre de 70° C.

Capacité de production d’énergie renouvelable : 7 MW

Consommation couverte par la géothermie : entre 10,5 et 14 GWh/an – Cette production permet de répondre aux besoins de 700 logements, soit 1.750 personnes.

Economie de CO2 : 3.514 tonnes/an

Investissement de 16 millions € via un financement wallon et européen (Feder), soit un taux de subsidiation de l’ordre de 80 % (le solde sera à charge d’IDEA).

Plus de détails sur cette première phase du projet.

Plus d’informations sur la géothermie.

Agenda

26sep2019

#BrunchInfo "Prévention des risques logistiques : les normes, les outils et les bonnes pratiques"

En savoir plus

15oct2019

#BrunchInfo "Découvrez Keyfood, votre plate-forme de support technologique"

En savoir plus

22oct2019

E-Forum 2019

En savoir plus

24oct2019

IDEA, partenaire de "A la découverte des innovations wallonnes"

En savoir plus